Thomas Henry

21378318002_f73a2f7627_qJe m’appelle Thomas Henry, j’ai 34 ans et mon rapport à la musique est aujourd’hui intimement lié à ma collection de disques 78 tours. J’ai d’abord commencé par collectionner des vinyles quand j’étais adolescent. A l’époque j’écoutais surtout de la musique électronique et du hip-hop, d’où la curiosité pour le disque comme support. Avec le temps je me suis mis à écouter de la soul, du funk et du jazz et cela m’a finalement mené à des musiques comme l’afrobeat et le highlife. C’est en creusant un peu, notamment grâce à des blogs comme Excavated Shellac, que j’ai découvert l’extraordinaire patrimoine sonore du continent africain qui existait sur 78 tours et qui restait relativement peu connu. Pour certains pays, il y a encore beaucoup d’artistes et de micro-labels complètement oubliés et qui restent à redécouvrir, et ça ne concerne bien sûr pas uniquement l’Afrique. C’est vertigineux et excitant mais ce n’est pas propre à l’univers du 78 tours, c’est quelque chose qu’on retrouve également du côté des collectionneurs de vinyles. Ce qui est propre aux 78 tours, en revanche, c’est l’expérience d’écoute assez unique, sur un phonographe d’époque comme sur une platine moderne. Le son est tout simplement incroyable, et on peut être très surpris par la qualité de certains enregistrements, surtout si les disques sont en bon état. Si l’on ajoute le côté un peu intriguant de la communauté des collectionneurs de 78 tours, beaucoup plus secrète mais tout aussi active que celle des collectionneurs de vinyles, on comprend mieux ce qui rend cette activité passionnante et addictive. En 2011, j’ai créé Ceints de bakélite, un blog sur lequel je poste de temps à autres des enregistrements issus de ma collection que je numérise et au sujet desquels j’essaye de faire des recherches, En parallèle, je commence à m’intéresser à des sujets un peu plus généraux, comme l’histoire des pionniers de l’enregistrement sonore et des premiers marchands de supports enregistrés. L’année dernière, avec l’aide de l’agence Douny, j’ai créé Disquaires de Paris, un projet de cartographie historique qui tente de répertorier tous les vendeurs de disques et de cylindres phonographies ayant existé à Paris depuis la fin du 19ème siècle. Mes recherches aux Archives de Paris et sur Gallica sont loin d’être terminées, mais j’avance et je ne désespère pas d’en voir le bout un jour, grâce notamment à l’aide d’autres collectionneurs.

Avec la quantité colossale de musique accessible aujourd’hui, on a plus que jamais besoin d’être conseillé et orienté. Aujourd’hui, cela passe par exemple par les algorithmes de recommandation de plus en plus sophistiqués des sites de streaming, mais je pense que rien ne peut remplacer l’humain dans ce domaine, et les conseils d’un bibliothécaire spécialisé restent extrêmement précieux. Ne serait-ce que pour ça, l’existence d’un établissement comme la Médiathèque Musicale de Paris est indispensable. Au delà de cette dimension, je pense que la Médiathèque a aussi un rôle important à jouer en matière d’animation culturelle : il faut absolument faire vivre un lieu comme celui-ci et c’est une excellente chose que des expositions autour des collections et des concerts y soient organisés.

En regardant les photos issues de vos archives, j’ai découvert certains aspects du métier de bibliothécaire musical dont j’ignorais l’existence, comme le fait de devoir inspecter au microscope la surface des vinyles rendus ou de vérifier l’état des diamants utilisés pour la lecture. C’est amusant de se dire qu’avec le retour du prêt de vinyles à la Médiathèque Musicale, ces savoir-faire un peu oubliés vont refaire leur apparition. Je suis très curieux en tous cas de voir ce que va donner cette initiative !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s